Humeurs

Et si on apprenait à en avoir rien à faire ?

Dans cet article au titre complètement vague, je veux tout simplement vous parler de l’envie de vivre sa vie comme on l’entend et sans se préoccuper des autres. Alors je sais, tout ça peut sembler un peu naïf, mais vraiment, si j’avais un conseil à donner à tout le monde en ce début d’année, ce serait d’apprendre à en avoir rien à faire.

Alors petite précision avant d’aller plus loin : je ne parle pas ici d’ignorer les critiques constructives, mais seulement de zapper les jugements des autres à l’encontre de nos choix de vie et/ou nos goûts.

Vivre sa vie comme on l’entend

C’est en écoutant mes amis et tout simplement en observant les gens autour de moi que j’ai eu envie d’écrire à ce sujet. Récemment, je discutais avec une de mes camarades qui, avoir été diplômée, a décidé de voyager pendant quelques mois. Elle me disait que ce choix la rendait vraiment heureuse. Cela dit, elle n’osait pas poster beaucoup de photos sur les réseaux sociaux, parce que ses amis lui reprochaient de ne pas travailler et de passer son temps à voyager.

Ce à quoi j’ai envie de répondre : en quoi, ça les regarde ? Sérieusement, est-ce-qu’elle utilise leur argent quand elle voyage ? Je ne pense pas. Est-ce-que le fait qu’elle voyage a des conséquences sur leur vie ? Je ne pense pas non plus. Alors vraiment, je ne comprends pas pourquoi les gens ont ce besoin de donner leur opinion sur le mode de vie d’une personne quand on leur a strictement rien demandé.

Dans ce cas particulier, je vois quand même une légère pointe de jalousie (même si voyager n’est pas un rêve pour tout le monde). Mais il m’est arrivé un peu le contraire. Après avoir eu mon diplôme, mon but était (et est toujours) de me poser dans une ville pendant quelques années et de bosser. J’ai eu le droit à quelques remarques, du genre « mais t’es jeune, tu devrais aller en Australie quelques mois et voyager là-bas ». Et, pourquoi je ferais ça ?

Alors, je conçois que mon projet peut avoir l’air ennuyeux comparé à un road trip de six mois à l’autre bout du monde. Et je reconnais que ça doit être quelque chose de vraiment génial à faire, mais à l’heure actuelle, ce n’est pas un de mes rêves. Je ne vais donc pas tout quitter pour partir en Australie juste pour avoir l’air cool aux yeux de mes amis. 

Photo qui m’inspire le sentiment de liberté ressenti une fois qu’on cesse de se préoccuper des qu’en-dira-t-on (Grenoble, 2016)

Je ne suis pas cool et je m’en fous 

Justement, je pense qu’avoir l’air cool contribue aussi beaucoup à ces « tu dois » ou « tu ne dois pas ». Encore une fois, il est plus ou moins question d’entrer dans une case; mais une case où on sera vu(e) comme une personne cool aux yeux de tous. Ce qui m’amène à la deuxième partie de cet article : le snobisme culturel.

Ici, il n’est pas question de choix de vie, mais de goûts (musicaux, littéraires, etc…). Il y a des gens (et peut-être que vous en avez dans votre entourage) qui ont ce besoin constant de dire que vous avez mauvais goûts parce que vous écoutez telle ou telle musique ou aimez un type de films. Bref, si c’est le cas, je vous invite fortement à ignorer ces personnes et à ne pas avoir honte de vos préférences culturelles.

J’ai, par exemple, toujours eu un penchant pour la musique des 70s-80s, parfois un brin kitsch. Bon,  je n’écoute pas ça tous les jours non plus, mais ça m’arrive. Malgré tout, j’ai une amie qui a ce besoin constant de me dire que j’ai « des goûts de merde ». Si bien, que j’en suis arrivée au stade qu’en sa présence, j’ose à peine lancer une de mes playlists de peur d’être jugée.

Je me rends compte maintenant que c’est pas moi qui devrait avoir honte, mais plutôt elle pour son manque d’ouverture d’esprit. Oui, quand je suis chez moi, je préfère écouter The Alan Parsons Project plutôt que le dernier DJ berlinois en vogue (écouter l’un n’empêche pas l’autre d’ailleurs). Et peut-être que ça fait de moi quelqu’un de pas branché, mais :
1) je n’ai jamais cherché à l’être et
2) je m’en fous totalement d’être branchée ou pas, je veux seulement écouter et faire ce qui me plaît.

Alors dans la mesure où j’impose mes goûts musicaux à personne, j’aimerais bien qu’ils soient respectés. En attendant, je vais continuer à écouter ce j’aime que ça plaise aux autres ou pas. 

Arrêter de se préoccuper de l’avis des autres

Cela dit, on va être honnête, je pense qu’on a tous un jour ou l’autre jugé quelqu’un d’autre pour ses choix et/ou goûts. Je l’ai sans doute fait un nombre incalculable de fois quand j’étais plus jeune. Mais, j’ai remarqué qu’en choisissant de vivre ma vie comme je l’entends et sans me préoccuper des qu’en-dira-t-on, j’avais aussi cessé de juger les autres et ce qu’ils faisaient de leur vie. Je crois que ça m’a rendue bien plus tolérante.

Si je n’avais qu’un conseil à donner pour apprendre à en avoir rien à faire, ce serait donc de ne pas avoir peur d’être soi-même à cause du regard des autres. Qu’on soit fan du dernier Justin Bieber alors que nos proches n’écoutent pas du tout ce genre de musique ou qu’on décide de reprendre ses études pour devenir boucher, à partir du moment où ça nous rend heureux et qu’on fait de mal à personne, je ne vois même pas de quoi les gens se mêlent.

De toute façon, il y aura toujours des personnes pour commenter notre façon de vivre, nos choix, nos goûts. Alors autant les ignorer dès maintenant, plutôt que de se miner le moral et de ne pas faire ce qu’on veut vraiment à cause d’elles.

Je pense vraiment qu’apprendre à en avoir rien à faire est l’une des clefs essentielles pour pouvoir s’épanouir. On vit sa vie comme on veut et on se préoccupe nettement moins des autres, de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils font de leur propre vie. 

J’ai envie de conclure ce très long article un peu fourre-tout avec une chanson qui m’a valu d’avoir été catégorisée de fille aux « goûts de merde », mais que je continuerai d’écouter malgré tout :


 

Si vous avez déjà vécu des expériences similaires ou si avez des conseils pour apprendre à en avoir rien à faire, n’hésitez pas à les partager !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *